Le projet d’élèves de Raoul-Follereau sur la maladie de Lyme

2018 05 15 JDC Projet ST2S LYME 3770553

Quatre élèves du lycée Raoul-Follereau ont participé à l’élaboration d’un projet en partenariat avec l’association « France Lyme, section Bourgogne. © Droits réservés

Impliqués dans une cause méconnue du grand public, quatre élèves en classe de terminale ST2S (Sciences et Technologies de la Santé et du Social) du lycée Raoul Follereau, ont élaboré, dans le cadre de leurs études un projet visant une meilleure prévention de la maladie de Lyme.

« Nous avons choisi de parler de cette maladie, dont le nombre de cas augmente sans cesse », expliquent Margot Lequeux, Chloé Bouchut, Maxime Bignolet et Rose Wyckhuys. Il y a un manque de prévention pour cette maladie et les conséquences graves qu'elle engendre. Pour cela, ils ont contacté l'association France Lyme, section Bourgogne. Annie Okrzesik, sa responsable a accepté de porter leur projet.

 
« Pas de tests fiables en France »

Les quatre lycéens travaillent sur ce projet depuis le mois de janvier. Pour conclure leur action ils ont invité Annie Okrzesik, au lycée, pour une conférence, à destination des élèves de première ST2S.

La responsable de France Lyme, section Bourgogne est venue, accompagnée de bénévoles, pour parler de la maladie de Lyme et de son impact sur la vie quotidienne. Elle a également dressé le portrait d'une tique, en indiquant où elle vivait, comment elle piquait, quels étaient les symptômes de la maladie, comment adopter les bons gestes pour se protéger et la difficulté que les malades peuvent avoir pour être reconnus.

« Même si la maladie n'est pas reconnue, les souffrances sont bien réelles et les vies peuvent être brisées », a-t-elle insisté. « Actuellement, les médecins sont très peu informés sur cette maladie et très souvent ils ne nous croient pas. En France, nous ne disposons pas de tests fiables pour détecter la maladie de Lyme. 
Il est plus que nécessaire de développer la prévention. Parler de la maladie de Lyme, la faire connaître et reconnaître c'est la seule façon pour que les malades puissent être reconnus, pris en charge et traités ».