Informations Parents

Publié le samedi 5 septembre 2015 19:05 Écrit par Article du JDC du 01/09/2015 Fanny Delaire

Suite au sérieux dégât des eaux de l’été, l’idée d’ajourner la rentrée au lycée Jules-Renard de Nevers, avait un temps plané. Des décisions prises dans l’urgence ont rendu possible le retour en classe, hier des élèves.

Suite au sérieux dégât des eaux de l’été, l’idée d’ajourner la rentrée au lycée Jules-Renard de Nevers, avait un temps plané. Des décisions prises dans l’urgence ont rendu possible le retour en classe, hier des élèves.


 

rentree scolaire au lycee jules renard 2241067

Les lycéens, qui n’ont pas peiné à faire abstraction de l’aile gauche du bâtiment partiellement endommagée, ont vite repris leurs marques.? - Frédéric LONJON 

L’eau. Il en a encore été beaucoup question, hier matin, au lycée Jules-Renard, où près de 1.010 élèves ont regagné, sous la pluie, l’établissement détérioré, cet été, par une inondation. Malgré la découverte récente - il y a deux semaines - du sinistre, la rentrée s’est déroulée presque normalement et sans aucune inquiétude dans les rangs des lycéens.

Avec le directeur académique

Face à l’ampleur des dégâts et la fermeture au public du rez-de-chaussée et du premier étage de l’aile endommagée, Alban Georges, le proviseur des lycées Jules-Renard et Raoul-Follereau a informé l’ensemble de la population scolaire des ajustements induits. En présence du directeur académique des services de l’Éducation, Philippe Balé, les terminales, réunis, à 8 h, en salle de conférences du lycée Raoul-Follereau, ont été les premiers a y être sensibilisés.

« Je tenais à être présent pour vous souhaiter une bonne rentrée », lance-t-il à l’auditoire reconnaissant. « Si ces dernières semaines ont été des sujets d’inquiétude, la rentrée se déroule de façon classique, avec comme unique objectif, votre réussite. »

Au proviseur de poursuivre, en toute transparence, par un état des lieux des salles accidentées et de leur repositionnement sur le site. « La commission départementale de sécurité a donné son aval, vendredi, à l’ouverture des deux étages supérieurs du bâtiment. » Si l’intégralité des espaces du rez-de-chaussée et du premier étage ne sont pas entièrement touchés, le Conseil régional a ordonné leur condamnation.

Le centre de documentation et d’information (CDI), les bureaux administratifs et l’espace des professeurs, au rez-de-chaussée, ont été déménagés dans d’autres salles d’études et de réunion non utilisées. Au-dessus, deux salles de cours et deux de travaux pratiques (TP) de chimie sont impactées. « Nous serons attentifs à la gestion des salles », reprend-il. Pour l’élève, les habitudes ne changent pas. Il devra toujours regarder, chaque jour, le panneau d’affichage stipulant le lieu de son cours ou TP de chimie.

 

Autant de solutions de secours qui pourraient s’éterniser. « Le vaste chantier de rénovation thermique débute fin septembre », précise Alban Georges. « Les tavaux dans les salles seront conduits en même temps. »

>>>> Retrouvez notre dossier spécial rentrée 2015 dans la Nièvre <<<<

Un parent cherche à comprendre

En quête d’explications sur les circonstances du sinistre, Ahmed a accompagné, hier, sa fille, élève de terminale. « J’ai vu les camions de pompiers dans la cour. Cela m’a inquiété », lance le commerçant du quartier. « Je voulais comprendre comment tout cela avait pu arriver. »

Devant la grille, l’ambiance était, non pas à l’inquiétude, mais aux retrouvailles. « Des amis m’ont informée que la rentrée n’aurait peut-être pas lieu aujourd’hui », raconte Maeva, en 1re STL. « J’ai préféré ne rien penser. » Jusqu’à ce que la lettre adressée par le proviseur et informant les familles du maintien de la rentrée lui parvienne, la semaine dernière. « Avec les travaux qui s’annonçaient déjà, on savait que ce serait le bazar. »

Fanny Delaire