Orientation

Le salon de l'enseignement supérieur à Nevers reste prisé : « On ne laisse pas les jeunes se débrouiller avec leurs smartphones »

2019 01 17 salonenssup 

La sixième édition du Salon départemental de l'enseignement supérieur s'est tenue à Nevers jeudi 17 janvier. Un lieu idéal pour les collégiens et lycéens où ils peuvent échanger avec des représentants des différentes filières et poser toutes les questions nécessaires.

Au stand de l'armée de l'air, les trois militaires de la base d'Avord n'ont pas eu une seconde de répit ce jeudi matin, au salon départemental de l'enseignement supérieur à Nevers. Un va-et-vient incessant qui n'est pas pour déplaire au lieutenant-colonel Didier Lagrèze, de la cellule information recrutement. « Internet, c'est bien mais c'est très impersonnel. Si vous avez une question précise, que la machine ne la connaît pas, cela va être difficile. » Rien ne vaut donc une discussion en tête à tête. « C'est très intéressant pour les jeunes et pour nous d'avoir quelqu'un en face de soi. »

Contact et convivialité

Dans cette discussion, les spécialistes du recrutement apportent ainsi aux jeunes gens et au cas par cas, une foule de renseignements des plus utiles. Le lieutenant-colonel emploie les termes de contact, de convivialité que « ne remplacera jamais Internet ».

Le lieutenant-colonel Lagrèze a d'ailleurs constaté que de tels salons sont de plus en plus souvent organisés. « Ils sont de plus en plus conséquents. Ils ont vraiment du succès. » Pour lui, c'est incontestable, ce type de salon joue un rôle bénéfique. « On ne laisse pas tous ces jeunes se débrouiller avec leurs tablettes ou smartphones. Si le jeune à l'issue de la discussion a encore des questions, il peut nous téléphoner. »

 

Ce jeudi matin, Mélina, Emma et Océhanne, en première S au lycée Jules-Renard, auront trouvé le bon interlocuteur qui les a confortées dans leur choix post-bac. Emma en est sûre, elle fera Sciences-Po. « Cela m'a permis de voir que le niveau est très élevé. Qu'il faut travailler dès à présent. »

 

Gwénola Champalaune

La sixième édition du Salon départemental de l'enseignement supérieur s'est tenue à Nevers jeudi 17 janvier. Un lieu idéal pour les collégiens et lycéens où ils peuvent échanger avec des représentants des différentes filières et poser toutes les questions nécessaires.

Au stand de l'armée de l'air, les trois militaires de la base d'Avord n'ont pas eu une seconde de répit ce jeudi matin, au salon départemental de l'enseignement supérieur à Nevers. Un va-et-vient incessant qui n'est pas pour déplaire au lieutenant-colonel Didier Lagrèze, de la cellule information recrutement. « Internet, c'est bien mais c'est très impersonnel. Si vous avez une question précise, que la machine ne la connaît pas, cela va être difficile. » Rien ne vaut donc une discussion en tête à tête. « C'est très intéressant pour les jeunes et pour nous d'avoir quelqu'un en face de soi. »

Contact et convivialité

Dans cette discussion, les spécialistes du recrutement apportent ainsi aux jeunes gens et au cas par cas, une foule de renseignements des plus utiles. Le lieutenant-colonel emploie les termes de contact, de convivialité que « ne remplacera jamais Internet ».

Le lieutenant-colonel Lagrèze a d'ailleurs constaté que de tels salons sont de plus en plus souvent organisés. « Ils sont de plus en plus conséquents. Ils ont vraiment du succès. » Pour lui, c'est incontestable, ce type de salon joue un rôle bénéfique. « On ne laisse pas tous ces jeunes se débrouiller avec leurs tablettes ou smartphones. Si le jeune à l'issue de la discussion a encore des questions, il peut nous téléphoner. »

Ce jeudi matin, Mélina, Emma et Océhanne, en première S au lycée Jules-Renard, auront trouvé le bon interlocuteur qui les a confortées dans leur choix post-bac. Emma en est sûre, elle fera Sciences-Po. « Cela m'a permis de voir que le niveau est très élevé. Qu'il faut travailler dès à présent. »

Gwénola Champalaune