Le festival des lycéens en cœur

Published on Tuesday, 18 December 2012 06:21 Written by MOUROT-Thierry

Des enjeux importants pour la solidarité !

 

Les Restos du Cœur est une association à but non lucratif créée par Coluche en 1985. Elle a pour objectif d’aider les personnes les plus démunies grâce à l’aide en denrées alimentaires et l’insertion dans la société actuelle.

Les enjeux pour les Restos du cœur sont de taille : l’obligation morale d’aider les plus démunis par solidarité et respect (c’est ce que font les Restos du Cœur ainsi que d’autres associations caritatives et humanitaires) et les difficultés croissantes que rencontre l’association.

En effet, cette dernière a besoin de bénévoles, de biens alimentaires et surtout de dons parce que le nombre de personne en difficultés augmente. Les Restos du Cœur ont plus que jamais besoins de nous.

 Article édité par : Christophe Blondeau et Rozerin Dogan (1STMG1) - Mardi 13 novembre 2012

logo restoducoeur

Le PEAD (Programme Européen d’Aide aux plus Démunis) a porté ses fruits dans la sécurité alimentaire et l’insertion depuis sa création.

Mais le sort de ce plan humanitaire est entre les Etats : en effet, ce programme risque de disparaître étant remis en question par les gouvernements.

Chaque campagne ouverte pose alors le problème de son financement.

Une manifestation telle que « Le festival des lycéens en cœur » évènement organisé par les bénévoles des Restos du Cœur et les lycées de Raoul Follereau et Jules Renard est un moyen d’accompagner les Restos du Cœur. En effet, des lycéens, soit en tant qu’organisateurs (, président d’association, coach, tenant de billetterie, etc...), soit en tant qu’artistes (musicien, chanteur, magicien, danseur, etc...) créent un évènement festif dont l’unique but est de réunir des fonds gagnés pour les remettent aux Restos du Cœur. La première manifestation qui a eu lieu à la Maison de la Culture de Nevers le 7 avril 2012 a permis à l’association de collecter 2700 €.

C’est pour ces raisons que les Restos du Cœur comptent plus que jamais sur nous !

Voir l'article du Journal du Centre