Les élèves de l'atelier Sciences Po à Strasbourg...

Published on Tuesday, 28 January 2020 16:58 Written by MOUROT-Thierry

Les élèves de l'atelier Sciences Po à Strasbourg...

 

Durant trois jours, les élèves de terminale de l'atelier Sciences Po du lycée Raoul Follereau ont eu l'opportunité de découvrir Strasbourg, découvrir la chaîne de télévision ARTE et l'ENA, l'école nationale d'administration.

Vous trouverez ci-dessous les articles rédigés par les élèves suite à ces découvertes...

atelier scpo

 

  

Découverte de la ville de Strasbourg :

Strasbourg est une ville majeure de l'Est Français Alsacien. Déchirée par les conflits franco-allemand durant des siècles lors desquels elle voit son statut alterner, tantôt français, tantôt allemand. C'est une ville incroyablement riche en termes de culture, d'histoire, de traditions, d'art sous toutes ses formes et de gastronomie. C'est une ville hybride, franco-allemande. La ville alsacienne se distingue par une architecture traditionnelle allemande mais aussi par sa multiculturalité et son caractère cosmopolite (français, allemand, étranger).

Ainsi, diverses institutions et de nombreux lieux marquants sont dispersés à travers la ville, tant au sein des quartiers typiques que dans la ville nouvelle. Tout d'abord, la vieille ville reflète l'architecture allemande du XIXème siècle. Elle est parsemée de lieux historiques et culturels : le musée historique de Strasbourg, le musée alsacien qui promeut la culture locale, et même la maison de Goethe, illustre auteur allemand qui séjourna et tomba amoureux à Strasbourg. Ensuite, divers lieux saints traversent la vieille ville : l'église Saint-Nicholas, le siège du chapitre Saint-Thomas, lieu de culte protestant où les écrits de Martin Luther ont été publié en 1517, et l'Eglise des chevaliers de Saint-Jean  près de la synagogue créée en 1898 à cause de l'accroissement de la population juive dans Strasbourg.

La commanderie des chevaliers de Saint-Jean fondée au XIIIème siècle est aussi une institution de la ville car elle abrite maintenant l'Ecole National d'Administration (ENA), qui forme les hauts fonctionnaires Français. D'autres lieux montrent le caractère historique manquant de la ville, avec le pont des corbeaux, un ancien lieux d'exécution, le pont de l'abattoir sur lequel passait les animaux domestiques et le quai Clébert des poissonniers et des pêcheurs. En outre, les divers quartiers de la petite France, très pittoresque où allaient les malades de la syphilis notamment, et le quartier industriel, qui éclaire la ville avec 300 réverbères. La vieille ville a aussi un passé médiéval conséquent : Les Tours sont les vestiges des anciennes fortifications, le barrage Vauban du nom de l'architecte est une écluse de fortifications créée pour défendre la ville en 1681 par Louis XIV. Celui-ci avait d'ailleurs tendance à s'installer à l'hôtel du dragon lorsqu'il venait à  Strasbourg. De même pour la Tour du bourreau.

Si la vieille ville reste intéressante historiquement et culturellement, la ville nouvelle n'a rien à lui envier. En effet, elle s'inspire de l'ancien pour arriver à un style stylohistoriciste. Après le conflit entre l'Allemagne et la France de 1870, l'Alsace et la Lorraine sont conquises par l'Allemagne et appartiennent donc au Reich Allemand. Strasbourg devient une vitrine de l'Allemagne grâce au Kaiser Guillaume 1er : la population double grâce a la volonté du Reich, et la ville devient une ville impériale. Ainsi de gigantesques constructions apparaissent dans la ville : l'église St Paul en 1897, l'église St Guillaume, la Gallica, le pont impérial , symbole de la célèbre citation de Frédéric II : « le savoir éclaire le pouvoir ». Le kaiser palace entre aussi dans cette idée de ville modèle. Strasbourg concentre aussi divers lieux liés à l'Europe, son histoire étant liée aux deux pays fondateurs de l'Union Européenne, le Conseil de l'Europe, le Palais des Droits de l'homme  En outre, la chaine franco allemande ARTE  a son siège à Strasbourg. Sur l'air de l'Ode à la joie, nous pouvons terminer cette visite enrichissante d'une ville remplie d'histoire.

 

 

La visite de l'E.N.A. :

Lors de notre deuxième journée à Strasbourg nous avons eu la chance de pouvoir passer près de deux heures à l'École Nationale d'Administration.

Après être arrivés ; nous avons patienté quelques minutes avant d'être accueillis dans la cafétéria des étudiants par Thierry ROGELET et l'un de ses collègues. Un photographe nous attendait également pour tirer la photo du groupe. Après la photo prise à l'extérieur, nous sommes retournés dans la cafétéria. Monsieur ROGELET et son collaborateur nous ont alors invités à  nous asseoir autour d'une grande table. L'échange a commencé par la présentation de chacun. Thierry ROGELET fait partie de la direction des enseignements et de la recherche. C'est l'administrateur général de l'ENA et le directeur des enseignements et de la recherche ; bref le numéro 2 de l'établissement.

Son collègue est plutôt spécialisé sur l'Europe. Ensuite ce sont les professeurs qui se sont présentés, puis notre tour est arrivé. Le fait de prendre la parole nous a permis d'être moins intimidés et plus à l'aise. L'intervention de Thierry ROGELET a eu pour but de nous présenter l'ENA, de sa création jusqu'à aujourd'hui. L'École Nationale d'Administration a été fondée en 1945 par le général De GAULLE et Michel DEBRÉ en s'inspirant du projet de Jean ZAY datant de 1936. La localisation de l'ENA à Strasbourg n'est pas un choix anodin: en effet le gouvernement souhaitait déjà à cette époque décongestionner certaines zones comme Paris ( qui est toujours la première ville étudiante en France ) et redynamiser d'autres espaces comme Strasbourg qui est aujourd'hui la deuxième ville étudiante. En créant cette école le but était de favoriser l'accès à la haute fonction publique. Pour pouvoir entrer à l'ENA il est préférable d'avoir fait Sciences-Po ou une école de commerce. Devenir un étudiant à l'ENA est assez compliqué, en effet le concours d'entrée est très sélectif. Pour rentrer à l'ENA il existe différents concours, car cette école s'adresse à différents profils. Tout d'abord les titulaires d'un diplôme de niveau bac+3 peuvent tenter leur chance avec le concours externe. Il y a en premier lieu les épreuves d'admissibilité à passer qui sont au nombre de cinq, et elles ne sont composées que d'épreuves écrites. Si les candidats réussissent ces épreuves ils doivent alors passer les épreuves d'admission qui sont uniquement orales.

Les étudiants titulaires d'un doctorat peuvent tenter de poursuivre leurs études à l'ENA en passant le concours externe spécial réservé aux docteurs. L'épreuve d'admissibilité est en l'occurrence composée seulement d'une épreuve écrite. Cette épreuve est assez conséquente puisqu'il s'agit d'une épreuve de rédaction d'une note d'analyse et de propositions à partir d'un dossier de 25 pages maximum. Ensuite l'épreuve d'admission est un entretien d'une heure où le candidat fait d'abord un exposé d'environ 10 minutes à partir d'un dossier qui présente son expérience professionnelle, ses motivations, son parcours pour être ensuite soumis à un jeu de questions/réponses par le le jury. Les agents publics peuvent aussi se présenter comme candidats. Ils doivent affronter cinq épreuves d'admissibilité qui ne sont que des écrits. S'ils réussissent l'admissibilité les candidats accèdent aux cinq épreuves d'admission qui ne sont que des oraux.

Enfin les salariés du secteur privé, les élus locaux et les responsables d'association peuvent accéder à l'ENA en se présentant à un quatrième concours. Comme la plupart des autres concours lui aussi se compose de cinq épreuves d'admissibilité qui sont des épreuves écrites. Et les épreuves d'admission se déroulent sous la forme de cinq oraux. Une fois les concours passés et obtenus, différentes formations s'offrent à ces étudiants. Premièrement il y a la formation continue : c'est cette formation qui délivre des diplômes. Dans cette formation on retrouve l'exécutif du Master, cette formation est destinée à un public qui travaille déjà. Les personnes participant à cette formation doivent réaliser un stage dans leur environnement puis un mémoire. Les formations peuvent être également des formations courtes. Elles permettent aux étudiants de travailler sur les relations des services publics. Dans les stages effectués ils sont mis en situation pour repérer toutes les difficultés concernant le design des objets ainsi que les services publics. M. ROGELET nous a également informé de la formation qui était en cours il s'agit d'un stage en préfecture et sur la productivité locale.

Il nous a également fait part de son regard sur l'ENA en nous présentant selon lui les points positifs et ceux qui sont à améliorer. Il a d'abord mis en avant la légitimité historique de l'établissement qui pour lui est l'un de ses points forts. En parallèle, l'égalité des chances et le fait que l'école accueille des personnes engagées qui sont aptes à servir l'Etat à la fin de leur formation, sont aussi des qualités de l'ENA. Néanmoins, la diversité assez faible et le peu de vrais enseignants à l'ENA (la plupart sont des professionnels), seraient pour lui des aspects à améliorer. De plus, il regrette qu'il n'y ait pas d'organisation des anciens élèves pour permettre de donner une image positive de l'établissement.

L'ENA est une école qui a depuis longtemps intégré l'Union européenne à ses enseignements grâce à sa proximité avec les différentes institutions. En effet, la formation continue aborde de nombreuses thématiques européenne, notamment par rapport aux modes de gouvernance, aux stratégies d'influences et également à l'évaluation des politiques publiques européennes. Durant leur formation, les étudiants peuvent également réaliser leur stage dans une institution européenne. De plus, l'ENA  offre une préparation au concours d'entrée pour travailler dans l'une des institutions européenne. Ainsi, environ 40% des lauréats de ce concours exigeant et très sélectif ont été formés par l'ENA. Cette école prépare également les pays européens à la présidence tournante du Conseil de l'Union européenne, en organisant des séminaires et des formations sur les enjeux de l'exercice de ce poste.

Flavy DARCY / Lisaline GRIMARD

 

arte2 arte3 arte4

 

La chaîne de TV ARTE :

Le jeudi 10 octobre 2019, dans le cadre du voyage d'intégration à Strasbourg de l'atelier Sciences Po de terminale, nous avons eu l'opportunité de visiter le siège de la chaine TV Arte.

Nous avons été accueillis par une journaliste franco-allemande et une stagiaire allemande présente au sein de l'entreprise pour une durée de 6 mois. Etudiante à Sciences Po en Allemagne, cette dernière effectue ce stage dans l'optique de parfaire sa maîtrise linguistique et de découvrir en détail le fonctionnement d'une chaine TV.

Ayant une vocation européenne, la journaliste a commencé ses explications en mettant en avant le fait que la maîtrise des langues était primordiale puisque rappelons le, Arte est une chaine TV franco-allemande. A l'heure actuelle, Arte compte 430 employés (journalistes, RH, logistique, finances...).

Arte est créé le 3 octobre 1990 (veille de la réunification de l’Allemagne), lors de la signature d’un traité inter-étatique voulu par 2 hommes politiques : François MITTERRAND et Helmut KOHL. Cette chaine a pour objectif de rapprocher les deux peuples par un moyen moderne (la TV à l'époque). Pour l'occasion, la délégation française est représentée par le ministre de la culture et par sa secrétaire d'Etat. L'Allemagne, quant à elle, est représentée par les 11 représentants des Länder. La première édition est diffusée le 30 mai 1992. A l'époque, l'entreprise comptabilise 40 employés, tous ayant un profil franco-allemand. Depuis 1996, Arte effectue également des actions sur Internet.

Avant 2003, les locaux d'Arte étaient repartis en 7 sites différents et l'entreprise effectuait quelques-unes de ses actions dans les locaux de France 3 Alsace. La communication entre les différents secteurs s'avérait alors difficile. En 2003, le rassemblement de ses différents pôles a été possible avec la construction du siège actuel. Il est aujourd'hui situé dans le quartier comportant toutes les institutions européennes afin de rappeler l'importance de cette union. Un architecte allemand est à l'origine de ce bâtiment, dont la construction a nécessité la mobilisation de 37 entreprises. La journaliste nous a également indiqué la présence de plusieurs interprètes afin de permettre la communication entre les différents protagonistes.

La répartition des différents pôles d’activité de Arte suit le modèle classique d’une maison de médias. Au rez-de-chaussée, on peut retrouver tout ce qui concerne l’actualité. Le premier étage est dédié aux reportages ; le second aux ressources humaines ainsi qu’aux finances et à la production. Enfin, le troisième niveau est réservé au comité de gérance, accompagné de la presse et du marketing.

Premièrement, il faut savoir que seules les femmes présentent les journaux télévisés. La chaîne de télévision Arte présente deux journaux d’actualité : un le midi et un le soir. L’édition du midi est disponible en allemand et en français. Elle n’est pas animée et repose uniquement sur des images et vidéos. Ces dernières sont récupérées par Arte soit grâce à des contrats avec des agences françaises (comme l’AFP), soit par l’achat aux deux grandes chaînes allemandes, qui possèdent des antennes dans les grandes villes mondiales. Arte ne possède en effet pas d’équipe à l’extérieur puisque les coûts sont trop onéreux et il revient moins cher de passer des contrats avec de grands groupes.

L’édition du soir, quant à elle, se décompose en deux temps. Une première édition est présentée en Allemagne aux alentours de 19h10, édition qui ne le sera en France qu’à 19h45. Cette édition aborde quatre grandes thématiques communes aux deux pays : les sujets internationaux, les sujets européens, les sujets franco-allemands, et un sujet culturel. Au journal télévisé du soir, succède la première partie de la soirée : le prime time. Il est diffusé en Allemagne à 20h15 et en France à 20h40-45. Dans ce laps de temps de différence, une émission de 28 minutes, créée par Arte Paris est diffusée en France. Arte propose également, depuis 2015 un journal pour les enfants de 7 à 14 ans, dans lequel l’actualité est traitée de façon plus simple et abordable.

Seule dans la pièce, la présentatrice du journal reçoit des directives de la régie dans son oreillette. Etant journalistes, les présentatrices écrivent elles mêmes leur texte, qui défile devant l’une des 4 caméras du studio. Lorsqu’un invité est étranger, on retrouve en régie un interprète. La diffusion étant en HD, le maquillage est primordial pour la présentatrice, pour ne voir aucun signe de fatigue ou d’imperfection. Un coiffeur et un styliste sont également là pour préparer la présentatrice avant le plateau. Arte possède des contrats avec de grandes maisons comme les Galeries Lafayette ou Le Printemps pour habiller la présentatrice.

Arte possède deux antennes en France : Paris et Strasbourg. Mais elle possède aussi des partenaires internationaux : au Luxembourg, Irlande,  Belgique,  Finlande,  Pologne (malgré quelques complications depuis le changement de gouvernement),  République Tchèque, Grèce (malgré les difficultés dues à la faillite du pays), Autriche, Suisse et Italie.

Grâce à Arte Europe, Arte est la seule chaîne qui permet à 70% des Européens de regarder la télévision dans leur langue maternelle, grâce à des sous titrages disponibles en 6 langues sur les 400 heures de programmes disponibles (français, anglais, allemand, espagnol, polonais, italien). 85% des programmes sont d’origine européenne.

Chaque mardi ont lieu des réunions au sujet de la programmation. Les émissions sont connues 9 mois avant leur diffusion s validée 6 semaines avant. Il est également possible pour des étudiants bilingues de participer à des stages chez Arte.