Spécialité Maths en TS

123rf-designsoliman-2014-10-19-29625279 s

Au programme

Les cours abordent deux domaines mathématiques, nouveaux pour les élèves. L’arithmétique, qui occupe la plus grande partie de l’année, consiste à étudier les propriétés des nombres et ses applications dans le codage d’informations. Elle est l’occasion d’aborder la division euclidienne, la congruence, les nombres premiers, les diviseurs... Les cours consacrés aux matrices s’intéressent à la résolution de systèmes linéaires, aux systèmes dynamiques, aux suites récurrentes.

 

Déroulé des cours

Les séances reposent beaucoup sur la résolution de problèmes, parfois ancrés dans la réalité. Les solutions trouvées introduisent les notions. Puis les élèves réalisent des exercices d’entraînement. Les démonstrations, plus poussées que dans le tronc commun, amorcent la transition vers l’enseignement supérieur.

Exemple : L’arithmétique permet par exemple de comprendre le cryptage de sécurité des cartes bleues.  Si les codes des cartes bleues ne peuvent être piratés, c’est en effet grâce aux propriétés des nombres premiers.

Évaluation

Au bac, la spécialité est évaluée par un exercice spécifique sur les 4 que comporte l’écrit de mathématiques : il peut porter sur le programme de spécialité et de tronc commun. L’ensemble de l’épreuve de maths est dotée d’un coefficient 9 (contre 7 pour les non spécialistes).

Et après...

Avoir suivi la spécialité maths peut constituer un atout pour intégrer une CPGE MPSI ou PCSI ou une licence de mathématiques à l’université. 

Pour ceux dont les maths sont déjà un point fort

"Il ne faut pas confondre la spécialité avec un cours de soutien ! Si l’on est en difficulté en maths, mieux vaut ne pas les choisir en spécialité car cela augmente leur poids dans l’obtention finale du bac en passant le coefficient de 7 à 9. Il faut plutôt miser sur ses points forts. D’autant que l’on aborde en spécialité maths des éléments plus poussés et plus abstraits qu’en tronc commun. On ouvre sur des sujets complètement nouveaux qui seront prolongés en classes prépa ou en fac par exemple. Il faut choisir sa spécialité en fonction de son projet d’orientation, car celle-ci permet de tester son intérêt pour une discipline. Ainsi, opter pour la spécialité maths quand on a l’intention de s’engager dans une prépa MPSI ou une licence de maths à l’université paraît tout à fait indiqué." 

Manuel Péan, enseignant en mathématiques et ISN au lycée Camille Claudel de Blois (41)

FOLLEREAU183x139