Critiques du film "Lilting ou la délicatesse" de Hong Khaou

Published on Wednesday, 10 June 2015 07:44 Written by MOUROT-Thierry

 

prix jean renoir4 mini FOLLEREAU2

Une histoire pas commune 

Ce film Britannique réalisé par Hong Khaou est sorti le 15 octobre 2014. Il dure 1h26 min. C’est un film dramatique et romantique. C’est une version originale sous-titré français dont les principaux interprètes sont Ben Whishaw ( Richard ) , Pei-Pei Cheng ( Junn ) Andrew Leung ( Kai ) et Naomi Christie ( Vann ). Le genre musical est un type de chansons triste et délicate pour intervenir lors des flashs-Back .Ce film a eu une nomination à Orange British Academy Film Awards 2015.

Résumé :

Arrivé en Angleterre en famille, pour pouvoir accéder aux soins gratuits, la famille Japonaise ne s’attendait pas à la suite des événements. Le père de famille décéda brutalement, se fut une véritable tragédie pour sa femme, Junn, et son fils, Kai. Kai mis sa mère en maison de retraite, car il ne se sentait plus capable de s’occuper d’elle.

Il rencontra un jeune homme de son âge, Richard, ils tombèrent tous les deux fous amoureux l’un de l’autre, puis emménagèrent ensembles en le cachant à Junn. Un jour, alors que Kai pris le bus pour aller voir sa mère en maison de retraite, il se fit faucher par un chauffard qui allait un peu trop vite. Richard, le compagnon de Kai, décida d’être là au maximum pour Junn, mais il y avait deux difficultés : ils ne parlaient pas la même langue, et Junn n’était pas au courant de la relation que Kai avait avec Richard.

Richard demanda donc l’aide d’une traductrice, Vann, qui fera tout pour aider Junn à faire son deuil, et à aider au mieux Richard.

Cette histoire est pleine en émotions passionnantes.

La qualité du scénario est excellente, La musique correspond très bien avec le thème tout comme le décor des années 60. Les paroles des acteurs sont en japonais ou en anglais mais elles sont traduites en français dans les sous-titres. Ce film fait penser au film Americain History X avec du à tous ces flash-back à répétition qui n’empêche en aucun cas de comprendre le film.

Ce film est à voir au cinéma même s’il y a un manque d’action, c’est une histoire douce et assez émouvante mais cela ne pourra pas beaucoup plaire à une personne qui aime plutôt les films de science-fiction, combats ou d’autres genre plus spectaculaire.

Florian Bouland, Chloé De Araujo, Alice Gonnet, Chloé Passuello 

Le film Lilting ou la délicatesse est un film de Hong Khaou, ce film est dramatique.

Une histoire entre culture chinoise et anglaise, un manque d’intégration entre une personne âgé de 60 ans, d’origine sino-cambodgienne et la vie d’Angleterre. Avec la mort de son fils Kaï (Andrew Leung ), Junn ( Cheing Pei-Pei ) se retrouve face à l’ami de Kaï, dont elle ignorait leurs relation homosexuelle. Il reste le seul à pouvoir s’occuper d’elle, bien que Junn n’accepte pas vraiment Richard, alors que lorsque Kaï était encore là, Richard portait plus d’intérêt pour Junn que son fils lui-même. Junn ignorait tout ça, pensant que Richard montait la tête à KaÏ.

Junn fait la connaissance d’Alan, malheureusement elle est sino-cambodgienne et ne parle pas anglais, et Alan, lui Anglais ne parle pas la langue de Junn . Par conséquent, Richard  ( Ben Whishaw ), le compagnon de Kaï, fait venir une traductrice : Vann ( Naomi Christie ) , afin d’aider au mieux les deux sexagénaire pour faire connaissance.

Ce film est une histoire calme, sans beaucoup de suspens, mais demande quelque part un peu de concentration pour bien comprendre. Ce n’est pas une histoire qui pourrait plaire à tout le monde, il faut aimer ce genre de scénario. Pour apprécier ce film, il faut aimer les films dramatiques. Quelqu’un qui aime la science fiction, ne sera très certainement pas attiré par ce film. Personnellement nous avons trouvé ce film plutôt ennuyeux, sans trop d’intrigue. 

Maud Nolin, Paul Trigoust, Sarah Bouderoua, Lucas Farruch

Lilting ou la Délicatesse, tout est question de communication

Lilting est un film réalisé par Hong Khaou et produit au Royaume-Uni. La musique a quant à elle été écrite par Stuart Earl. Il est sorti le 15 octobre 2014 et a une durée d’une heure et vingt six minutes. Dans ce long-métrage en couleur, le rôle de Richard est interprété par Ben Whishaw, celui de Kai est interprété par Andew Leung, celui de Vann est interprété par Naomi Christie, celui de Junn par Pei-Pei Cheng et celui de Alan par Peter Bowles. Ce film destiné à tout publique est de genre dramatique et romantique. Nous l’avons regardé en version originale sous-titrée français.

Une famille asiatique a décidé de quitter son contient natal pour que son fils, Kai, soit dans de meilleurs conditions pour ses études. Une fois arrivé en Angleterre, Kai rencontre Richard et se met en couple avec lui. Il est donc homosexuel. C’est pour cela que Kai place sa mère Junn en maison de retraite, afin de retarder le moment de lui dire la vérité sur ses sentiments amoureux. Junn va alors rencontrer Alan, un anglais de son âge qui lui plaît beaucoup et vont aussi entamer une relation amoureuse. Celle-ci va-t-elle durer ? Et Kai réussira-t-il à parler de son homosexualité à sa mère ?

Touchant, beau et sensible, le scénario est composé principalement de flash-back. Il est bien écrit et fluide mais les sous-titres accrochent plus notre attention que l’image, le film étant en chinois et en anglais.

Junn, la mère de Kai, est très émouvante de même que tous les personnages qui sont très bien incarnés. Puis vient la traductrice qui est à la fois sérieuse et blagueuse, Naomi Christie incarne très bien ce tempérament.

Quant à la musique, elle apparaît assez peu souvent et souligne principalement l’incompréhension des personnages face à ce qui leur arrive, que ce soit du point de vue du langage ou des sentiments.

La plupart des gros plans ont lieu lorsque quelqu’un est dépassé par les éléments ou quand il est dans l’incompréhension. Et des paroles des autres personnages présents ne restent plus qu’un brouhaha inintelligible.

L’enferment de la personne par rapport aux autres est alors souligné.

Les dialogues entre les personnages sont courts et ne composent pas l’essentiel du film mais ils ont une forte signification ce qui permet de ne pas les multiplier et ils deviennent très efficaces. Les regards, les sourires sont les différentes expressions du visage représentent aussi une importante partie de la communication entre les personnages.

Sur la plupart des plans de ce film, tourné à Londres, l’arrière-plan nous montre la vue que l’on a de cette ville depuis la fenêtre d’un appartement ; contrairement au film Les Combattants de Thomas Cailley , Le Sel de la Terre de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado ou encore Timbuktu d’Abderrahmane Sissako qui comportent des paysages magnifiques.

Par contre nous pouvons observer un point commun avec Le Sel de la Terre dont les dialogues n’occupent pas une grande place dans le film ce qui permet de se concentrer sur les émotions.

Au cours du film, on s’aperçoit que la communication est au cœur du scénario : tant la langue que la peur de la réaction de l’autre entrave le dialogue entre les personnages principaux. Ainsi, Kai peine à dévoiler son homosexualité car il a peur de la réaction de sa mère, ce sera alors Richard qui le fera à sa place ce qui montre que ce dernier communique mieux avec la mère de Kai que Kai avec sa propre mère ; et la relation entre Junn et Alan ne dure que parce qu’ils ne se comprennent pas. C’est seulement à la fin du film que le problème est levé : Kai et Richard arrivent à se comprendre et à dialoguer même en parlant deux langues différentes. Je pense donc que le message de ce long-métrage est que pour pouvoir communiquer et être compris par son interlocuteur, il faut apprendre à se connaître.

J’ai bien apprécié ce film car les émotions des personnages sont sincères et car il porte aussi un beau message de tolérance envers d’autres cultures et d’autres pensées.

Je vous recommande d’aller le regarder d’une part parce que les acteurs jouent très bien et nous font ressentir les émotions et d’autre part parce qu’il ouvre à une autre culture et une autre langue mais aussi du fait que chaque détail a son importance, ce qui incite à observer les visages et les décors toujours plus attentivement.

Claire Coyac, Elise Billard, Romain Mouton, David Przygoda