Informations Parents

Published on Friday, 11 December 2015 21:25 Written by Article du JDC - Jean Mathias Joly - 9 décembre 2015

 Afin de réduire la facture de chauffage de l'établissement et d’améliorer les conditions de travail des élèves et des enseignants, un vaste chantier de rénovation débute au lycée Jules-Renard. Il est financé par la Région.

Construit en 1958, le lycée Jules-Renard est d’un autre âge, celui où l’on ne se souciait guère des économies d’énergie. Ses baies vitrées sont un gouffre thermique l'hiver, d'autant que des fenêtres ne ferment plus correctement, et créent de l'inconfort à cause de la chaleur l'été. En outre, toute l'isolation est à revoir. 

21236384 nevers lycee jules renard 2391902

 

La rénovation de l'établissement était attendue et réclamée depuis plusieurs années. Elle est enfin à l’ordre du jour. Le gros du chantier sera lancé en janvier. « Il consiste notamment à reprendre les façades sud et ouest du lycée, qui seront isolées par l’extérieur », résume Alban Georges, proviseur. La Région Bourgogne-Franche-Comté est le maître d’ouvrage de cette vaste opération d’amélioration thermique. Le montant total s'élève à cinq millions d'euros, auquel a été rajoutée une enveloppe de 335.000 €, pour la remise en état des locaux suite à l’inondation survenue le 19 août. La maîtrise d’œuvre a été confiée au cabinet Tria Architectes, basé à Dijon.

Du bois et de la couleur

La technique retenue pour l’isolation des façades fait largement appel au bois. Les actuelles faïences bleues et jaunes seront retirées. De la laine de bois, un matériau isolant naturel et performant, sera disposée sur les murs puis recouverte par des panneaux en bois, dans les tons verts puis progressivement orange et jaunes, jusqu’au fameux bâtiment 8, qui sera repeint en orange.

La surface vitrée sera réduite, à environ un tiers de celle qu’elle occupe actuellement. Suffisant pour laisser entrer la lumière naturelle et nécessaire pour réduire les nuisances liées aux fortes chaleurs. « Des stores pare-soleil seront également installés », ajoute Alban Georges.

Les deux autres façades, en pierre apparente, ne seront pas modifiées, afin de conserver cette particularité esthétique. La réfection de l’isolation se fera alors à l’intérieur.

 

Une facture de chauffage évaluée à 300.000 € par an

L’objectif premier est bien sûr de réduire drastiquement la facture de chauffage, évaluée à environ 300.000 € par an par le proviseur. « Cela a déjà diminué depuis que nous sommes reliés au réseau de chaleur de l’agglomération. J’espère que nous pourrons diviser ce montant par trois, une fois l’isolation refaite », ajoute-t-il. Ces travaux s’avèrent également indispensables pour améliorer le confort et les conditions de travail des élèves et des enseignants. Ils ne concernent d’ailleurs pas que l’isolation. « Les sanitaires seront entièrement refaits et l’établissement sera mis aux normes d’accès pour les personnes handicapées. Un ascenseur et des rampes d’accès seront aménagés », acquiesce Alban Georges.

Le chantier devrait durer pratiquement un an. Il se déroulera par tranches. « Comme nous avons trois niveaux sur la façade sud et quatre sur la façade ouest, il y aura au maximum trois ou quatre classes neutralisées en même temps », détaille Alban Georges. « Nous avons toujours un peu de marge sur les salles disponibles, cela nous permettra de nous adapter. » Et pour éviter les nuisances liées au bruit, les travaux n’auront pas lieu pendant les périodes d’examen.